La Métropole solution miracle pour Marseille ?
La Métropole solution miracle pour Marseille ?
Par Michel Allione


« L’agglomération marseillaise doit cheminer vers la solution de la  métropole ». Cette phrase tirée du relevé de conclusion du conseil interministériel pour Marseille a déjà fait couler beaucoup d’encre. Et c’est « pour en finir avec les blocages » que Jean Marc Ayrault passera deux jours à Marseille lundi et mardi. Deux journées qu’il entend bien consacrer à plaider la cause de la « métropole » auprès des élus locaux.

Les rendez-vous de lundi ne seront sans doute pas les plus épuisants : Le Maire de Marseille est d’autant plus acquis à la cause métropolitaine, qu’elle était inscrite dans la réforme des collectivités territoriales souhaitée par Nicolas Sarkozy et que l’élection de François hollande a rendu caduque.

Acquis aussi à l’idée d’une grande métropole marseillaise, Eugène Caselli. Le président de MPM considère en effet qu’il partage avec le gouvernement « les deux préalables au retour de la dynamique marseillaise : la lutte contre la délinquance et la criminalité ainsi que la nécessaire création d’une grande métropole d’1,8 million d’habitants ».

Pour sa part, Jean Noel Guérini, le président du conseil Général est resté plus en retrait sur la question se contentant de déclarer dans un communiqué : « La question de la métropole fait débat, et conscient qu’elle n’est pas l’unique réponse aux problèmes de notre agglomération, je crois utile que les discussions annoncées fassent entendre tous les points de vue ».

En revanche la rencontre mardi matin avec les présidents des six institutions de coopération intercommunale risque d’être plus houleuse, puisqu’en dehors de MPM, aucune ne souhaite intégrer la grande métropole marseillaise. La communauté d’Agglomération du pays d’Aubagne et de l’Etoile a même organisé un référendum sur la question.  Le scrutin avait recueilli un taux de participation de 44% et 96% des votants s’étaient prononcé contre. Et d’Aix à Aubagne en passant par Salon Martigues et Istres, le front du refus traverse des courants idéologiques très différents. Alors querelle de clocher, réflexe de repli identitaire ? Ce serait sans doute un raccourci trop facile. Les opposants à la métropole craignent surtout que la démocratie locale ne soit pas gagnante dans cette affaire.

D’ailleurs à la gauche du parti socialiste on stigmatise un plan pour Marseille qui se ferait sans sa population : Dans une lettre ouverte au Premier ministre, Pierre Dharreville, secrétaire départemental du PCF se dit interloqué par le résultat de la réunion interministérielle : « Comment pouvez-vous en une réunion interroge-t-il, prétendre prendre la mesure des enjeux, sans travailler avec les élus locaux, les habitants, les acteurs associatifs, syndicaux, les agents des services publics ? Comment pouvez-vous imaginer qu’il peut y avoir une solution sans y associer les habitants de cette ville ? La méthode de concertation que vous avez longuement défendue au moment de votre prise de fonction nous semblait tracer d’autres perspectives. C’est avec une vraie dynamique citoyenne permettant aux habitantes et aux habitants de se réapproprier leur ville et leur avenir que l’on pourra faire face à la situation ».

L’autre crainte c’est que contrairement à l’idée reçue selon laquelle l’union fait la force, la métropole se traduise par moins de moyens au service du territoire. Voire que le pacte de stabilité et la réduction des dépenses publiques ne soient la véritable raison de cette « solution miracle ».

Et sur de nombreux fronts Jean Marc Ayrault risque  d’avoir du mal à convaincre que c’est bien  LA solution. Si la métropole était le remède à la délinquance, Paris et Lyon l’auraient déjà démontré. Marseille et les Marseillais sont avant tout victimes d’une désindustrialisation organisée dans les années 70 autour d’une volonté de tourner la cité phocéenne vers le tourisme. Entre 75 et 90, ce sont plus de 60.000 emplois industriels qui ont quitté Marseille et le port entrainant une évidente paupérisation de la ville et ses quartiers. Mais aussi forcément de nombre d’ agglomérations environnantes. Occulter cette réalité, expliquer les difficultés marseillaises par des rivalités de clochers ou l’égoïsme de certains territoires qui nageraient dans l’opulence reviendrait à passer à côté de la cible. D’autant que nombre des communautés d’agglo tout en refusant l’absorption pure et simple prônent des coopérations permettant à Marseille de jouer pleinement son rôle de capitale méditerranéenne.

Tout le monde attend donc la réunion de mardi quelquefois avec un peu d’appréhension que le gouvernement n’ait déjà choisi le passage en force…


Commenter




Marseille : la gestion publique de l’eau en débat


En rendant son rapport sur les conditions d’attribution des marchés de la distribution et de l’assainissement de l’eau par Marseille Provence Métropole, la Chambre Régionale des comptes a jeté un pavé dans la mare. Non pas que ses conclusions  soient une révélation : En octobre dernier, Bernard Mounier, le président de Bien commun PACA dénonçait point [...]

Marseille : L’ URIOPSS invite les candidats à oser le social .


La période électorale est évidemment propice à interpeller les candidats sur des sujets de la vie quotidienne des Marseillais. Et l’Uriopss, qui regroupe en son sein 450 associations  de santé et de solidarité n’a pas laissé passé l’occasion. La Fédération du secteur médico social a élaboré une plateforme d’interpellation autour de quatre enjeux qu’elle considère [...]

8 mars : les Marseillaises dans la rue contre la régression de leurs droits


Près de 40 organisations, associations, syndicats, formations politiques* ont participé samedi à la manifestation pour « l’égalité des droits et la solidarité avec les femmes du monde entier », du Vieux-Port à la préfecture. Un cortège sans doute un peu plus fourni que les années précédentes, peut-être en raison de la proximité des élections municipales. Les mots [...]

Marseille: l’impossible accès à l’eau


C’est sur le parvis de la Mairie de Marseille que Médecins du Monde, la Fondation Abbé Pierre et la FNARS PACA-Corse avaient donné rendez vous jeudi matin a tous les candidats à la mairie de Marseille. L’objectif était d’attirer l’attention sur ce parcours du combattant qu’est devenu aujourd’hui l’accès gratuit à l’eau dans la ville. [...]




Avignon : Le chant de vie de Georges Boivin


Morose, le festival d’Avignon 2014 ? Allons donc ! Chargé de colère, à l’évidence. Revendicatif, sans l’ombre d’un doute. Quelquefois un peu compliqué, on pourrait le penser ici où là… Mais une telle somme d’espoir, de talents, bref de vie ne peut pas être morose. Et si vous voulez être convaincus, allez voir le « Chant de Georges [...]

Marseille : Babel Med souffle 10 bougies


Jeudi 20 mars, Babel Med Music ouvrira sa 10e édition au dock des Suds. Durant Trois jours –et trois nuits- Babel Med ce sera une vingtaine de débats,  30 concerts, 200 artistes, 2500 professionnels 15000 spectateurs attendus. A l’issue de la conférence de presse de présentation, Infos-Marseille.fr a rencontré Bernard Aubert, co-directeur artistique du festival [...]

Marseille: des intermittents gazés devant la mairie de Mennucci


intermittents-mennucci

Alors que se déroulait la « marche pour la culture », une manifestation nationale pour protester contre les coupes sombres des budgets de la culture, des intermittents souhaitaient interpeller Patrick Mennucci, le député socialiste et candidat à la Mairie de Marseille. Une petite centaine d’intermittents souhaitaient donc entrer dans la mairie de secteur. C’est la police nationale [...]

Mobile Film Festival : 60 secondes d’engagement


Ainsi s’est achevé la 9e édition du Mobile Film Festival ! La soirée de clôture qui s’est déroulé au Cinéma L’Arlequin (Paris 6e) avec pour Maître de cérémonie le peu inspiré présentateur de MTV Raphal Yem, affichait complet. Logiquement,  tous les membres du jury présidé par Jean Pierre Jeunet avaient répondu présents. Parmi eux, le [...]